Marseille est symboliquement le port d’attache de l’immigration algérienne. La première vague d’immigration de 1905 concerne une main d’oeuvre kabyle qui travaille notamment dans les raffineries et huileries de Marseille, ou comme dockers ou chauffeurs sur les navires.

Une partie de l’histoire al

...

gérienne s’écrit dans le Vieux-Port, deuxième symbole de Marseille, après Notre-Dame de la Garde. Une histoire qui parle de leur double identité, du fait de leur double histoire : immigrants étrangers puis après 1947 immigrants régionaux / entre terre d’accueil et terre de départ.

« Dans la culture maghrébine, nous vivons l’ornement. Quelque soit le temps, nous portions toujours de longs drapés maintenus par des fibules. Nos bijoux étaient le prolongement de nos corps, des trésors à porter.
Il n’y avait rien d’ostentatoire, tous ces éléments faisaient partie de notre histoire. Même en temps que poissonnière sur le port de Marseille, je ne comptais me séparer ni de mes habits traditionnels, ni de la parure que mon père m’avait confectionné. »

D’après une histoire d’Alycia Taleb

Dessiner un bijoux pour parler de la rencontre entre l’Algérie et Marseille, c’est d’abord parler de la complexité d’une histoire qui en fait une richesse singulière. Deux histoires et deux cultures que presque tout opposeraient, et qui finissent par cohabiter et concevoir du beau. De part et d’autre, des éléments symboliques de Marseille et de la Kabylie viennent orner le collier, en même temps qu’il en assure l’équilibre « fragile ».
La pièce qui lie l’ensemble est à la fois une pièce technique et un détail esthétique. Symbole religieux et protecteur dans le bijoux kabyle, il est paradoxalement l’élément qui fait lien et assure la pérennité dans le bijoux, alors que dans la vie, il est le même qui souvent oppose.

Read more
Type

Conceptual jewellery